Viticulture

Publié le par Julien B.

Le Courrier de l'Ouest, le 3 novembre 2008

 

Les vignerons s'inquiètent pour l'avenir du vin

 

Les vignerons pourront-ils continuer à proposer le vin à la dégustation? [Photo: Julien B.]



Jeudi 30 octobre, les panneaux d'entrée de Saint-lambert-du-Lattay situés sur la route nationale ont été masqués par des plastiques noirs.

Saint-Lambert-du-Lattay, village mort le temps d'une journée. Les panneaux de la commune dans les directions Angers et Cholet ont été masqués par les vignerons en colère et remplacé par le slogan : « Quel avenir pour le vin si on ne peut pas en parler ». Tony Rousseau, président des vignerons de la commune et 13 de ses camarades ont été manifester jeudi matin, à Angers. Il revient sur plusieurs sujets, sources de mécontentement.

 

« Des hors-la-loi »

 

Un article du projet de loi « hôpital, patients, santé et territoire » présenté par Roselyne Bachelot « interdit d'offrir gratuitement à volonté des boissons alcooliques dans un but promotionnel ou de les vendre au forfait ». Une telle mesure empêcherait les vignerons de proposer du vin à la dégustation dans les salons et les foires mais également dans les caveaux. Du côté de la publicité sur Internet, il existe un vide juridique et la loi Evin ne dit rien sur ce sujet. « Les viticulteurs ayant un site internet sont alors des hors-la-loi », estime Tony Rousseau. Les vignerons s'inquiètent pour l'avenir du vin et dénoncent aussi l'augmentation des taxes de circulation pour le vin indexé sur l'inflation. Enfin, ils espèrent dissocier l'information de la publicité suite à la condamnation de journaux qui ont publié des articles sur le vin sans indiquer l'avertissement d'usage. À lire avec modération.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Bonjour Julien,<br /> Moi aussi je viens d'une commune viticole morte lors de cette journée ... En tout cas je suis tout à fait d'accord avec le point de vue des viticulteurs et surtout des consommateurs ... car cette histoire touche les viticulteurs, mais aussi les consommateurs ! Comment un consommateur peut-il acheter son vin si il ne l'a pas goûté : par exemple, moi qui suis un consommateur (rappelons que l'alcool est à consommer avec modération), je n'irai jamais acheter du vin chez un certain viticulteur proche de chez moi et qui vend du vin médiocre, or si un client passager passe dans ma commune, il passe devant ce viticulteur et donc peut acheter car si il ne goûte pas il ne peut pas voir qu'il est mauvais !<br /> Bonne soirée<br /> Florent B.
Répondre