Oenotourisme

Publié le par Surexposure

> L’œotourisme est au goût du jour et le concept est exploité pour valoriser le patrimoine et les exploitations viticoles. Tour d’horizon des moyens engagés dans le Val de Loire, 3e région touristique et viticole en appellations.

 

Le Saumurois mise sur l’œnotourisme

Photo principale 

Dans le Saumurois, « le vignoble comme un site touristique » ne demande qu’à se développer. Le syndicat des vignerons de l’appellation Saumur-Champigny, présidé par Patrice Rétif, a mis sur pied un projet « en partenariat avec les acteurs du tourisme local ». Au départ de l’Abbaye de Fontevraud ou du château de Saumur, le circuit œnotouristique en autocar se destine aux groupes déjà constitués (bus non fourni), en présence d’un guide œnophile. Il se ponctue par des arrêts afin de découvrir l’AOC et ses 1500 hectares, dédiés essentiellement au cabernet franc, répartis sur 9 communes du bord de Loire. La visite se termine par des échanges autour d’une dégustation et la découverte d’un domaine parmi une vingtaine de vignerons partenaires.

 

Découverte du patrimoine et de la biodiversité

L’escapade au cœur de la vallée du fleuve Royal « permet de découvrir le patrimoine et les vestiges liés à l’histoire du vignoble », commente la guide Marie-Anne Simonneau. Au-delà des panoramas du bord de Loire, les moyens de lutte alternative mis en place par les vignerons et une vingtaine de sites sont mis en avant. Parmi eux, le clos Cristal où des murs ont été érigés pour emmagasiner la chaleur et la restituer. Des cavités dans les murs palissés permettent à la vigne de traverser et de profiter d’un meilleur ensoleillement améliorant la maturation du raisin.

 

Ouverture d’une licence œnotouristique

Dans le cadre de la licence ingénierie des services rattachée à l’Université d’Angers, un parcours œnotourisme va ouvrir dès la rentrée. Les cours seront dispensés à Saumur et au lycée agricole de Montreuil-Bellay, seul établissement public de formation, dans ce secteur d’activité, en région Pays de la Loire. Cet établissement est également maître d’ouvrage d’une plateforme régionale d’innovation (PRI) intitulée « méthodes innovantes à caractère œnologique et viticole ». L’objectif d’un des volets est de « lier recherche et formation et de fédérer la concertation des acteurs de l’œnotourisme », explique Christophe Pinard, proviseur du lycée.

 

Légende : Le circuit œnotouristique mis en place par le syndicat des vignerons de l’appellation Saumur-Champigny met en avant les panoramas du bord de Loire.

 

 

 

La Loire Atlantique, 8e destination des Français

En France, 7,5 millions de clients dont 2,5 millions d’étrangers motivent et axent leurs séjours sur le thème du vin. Le comité départemental du tourisme de Loire Atlantique (8e destination touristique des Français) souhaite fédérer les acteurs et développer la filière œnotourisme du vignoble nantais. Un séminaire « Accords tourisme et vins en Loire-Atlantique » a lieu le 10 mai à l’espace culturel du Champilambart, à Vallet.

 

La promotion d’Interloire

L’interprofession des vins d’appellation de Loire récompense des caves touristiques du Val de Loire. Cette année, onze caves distinguées remplissent les critères de la charte du réseau. Aussi, des guides « invitation dans le vignoble de Loire » et des cartes « Sur la route des vins de Loire » sont diffusés gratuitement dans les lieux de passage des touristes. En septembre, Interloire organise la 7e édition de « vignes, vins et randos » sur le thème de la musique dans les vignes.

 

 

 

La phrase :

 « L’œnotourisme est un secteur de niche et offre un potentiel de développement si l’offre n’est pas dénaturée : rester original tout en gardant l’authenticité, la passion. Ce n’est pas simplement consommer du vin, mais c’est l’associer à la culture et au territoire local. » Aurélien Debomy, chargé de promotion touristique pour la Vallée du Layon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article